Ma conviction

« Pour innover pour le monde futur, stratégie, créativité et culture doivent marcher de concert »

Innover durablement avec succès ? 5 leurres à déjouer

Contrairement aux idées reçues en la matière , il n’y a pas plus de profil particulier que de mode d’emploi éprouvé ou de recette universelle pour innover avec succès. Encore moins dans l’exercice de l’innovation durable. Ce qui prévaut pour une start up technologique ne fonctionne pas pour une entreprise centenaire établie, embrassant  la « clean energy ». Chaque entreprise, chaque organisation doit trouver sa propre voie pour innover. Ce qui permet de se décontracter fortement face à la Silicon Valley.  

Celà étant, connaitre les obstacles qui vous attendent et les bonnes pratiques qui ont fait leur preuve font gagner un temps précieux. Avec vous, nous avons identifié les chausse-trappes classiques de l’innovation. Découvrons ensemble quels sont les leurres à déjouer coûte que coûte en matière d’innovation durable. 

Nos recherches documentaires  nous ont permis de repérer  5 illusions majeures à déconstruire en matière d’Innovation Durable. 5 postulats,  sur lesquelles les entreprises auraient tort de se fonder pour penser qu’elles puissent réussir.

# 1 –  Pouvoir entreprendre sans raison d’être 

On n’innove pas de la même façon lorsque l’on intègre des objectifs sociaux et environnementaux, que lorsqu’on innove au sein du courant des technologies existantes et des désirs consuméristes. 

L’innovation durable pose la question de la raison d’être (purpose), du sens des actions de l’entrerprise, du sens du travail individuel, du futur pour les générations à venir. Elle fleurte parfois avec la philosophie. L’innovation durable a de fait plus de profondeur et d’épaisseur que les autres modes d’innovation. Ce qui ne signifie pas qu’elle est supérieure aux autres. Non. En revanche , elle est assurément plus complexe à gérer.  Qu’elles se situent dans la sphère privé, semi -publique ou publique, sans réflexion sur leurs raisons d’être, les organisations ont bien du mal à définir une stratégie, qui fédère collaborateurs , actionnaires , fournisseurs et autres parties prenantes. Sans raison d’être et sans stratégie d’entreprise claire, Il est impossible de déployer une stratégie d’innovation durable à succès. Les trois doivent être alignées. 

#2- Réussir à innover sans  les politiques

L’innovation durable touche la plupart du temps des aspects de politique environnementale et sociétale, au plan national , régional, très local, voire européen. Par exemple, l’ innovations en matière d’énergie renouvelable.  Aucune autre forme de stratégie d’innovation ne confronte les entreprises ou les organisations à un défi de cette ampleur. A l’exception de la disruption , qui provoque parfois, toujours à postériori, des débats politiques ou éthiques. Par exemple des réflexions sur la législation du  travail (Uber) ou celle de l’utilisation des données personnelles (Facebook). Dans le déploiement de solutions environnementales ou sociétales, la question politique peut être clé pour 2 raisons : elle conditionne des possibilités intéressantes de financement de projets, elle facilite les mises en marché. Ignorer ou sous-estimer la dimension politique peut être dramatique. 

 

# 3 – Rencontrer le succès rapidement auprès des consommateurs.

L’innovation suit le chemin de la moindre résistance. 

Développer de nouveaux comportements consommateurs sur de nouveaux marchés n’est pas simple, celà peut prendre du temps.  Mais c’est toujours plus aisé que de transformer des comportements ancrés sur de vieux marchés. Et c’est bien souvent sur ces marchés matures que se situent les enjeux environnementaux. Par exemple : l’énergie, l’automobile, l’eau, l’agriculture. C’est également le cas de l’innovation sociale et sociétale qui s’attaque à créer de nouveaux comportements dans le domaine de la santé et de l’éducation. 

 

#4 – Le  risque pris est limité,  puisque l’innovation durable s’occupe du futur collectif

 Les durées d’usage des solutions durables se mesurent en décades: 10 ans pour la voiture hybride, 40 à 60 ans pour une usine solaire ou une turbine aérienne vs 2 années pour une nouvelle application de smartphone. 

Or le temps long crée de l’incertitude.  Il inquiète aussi bien les actionnaires que les investisseurs. L’innovation durable a non seulement besoin d’un espace physique et de capacités dédiées au sein de l’entreprise , mais aussi  d’un espace temps ample. L’innovateur durable excelle dans l’art de la patience stratégique.

 

# 5 –  Il est possible de maintenir  les capacités existantes

Délivrer des produits ou des services innovants fait toujours appel à de nouvelles capacités, des capacités que l’entreprise ne possédait pas avant de travailler sur les idées et de s’engager dans le projet d’innovation. L’innovation durable s’inscrit dans le temps long . les capacités en place peuvent être les premiers freins aux nouveaux projets. En synthèse, pas d’innovation durable sans renouveler fortement les  capacités, voire générer la mise en place de nouveaux business modèles. 

Nous utilisons ici le terme de capacité dans le sens que lui confère le professeur émérite A Hargadon. Hargadon nous explique que l’avantage compétitif d’une entreprise repose sur des capacités affutées; soit sur des interactions fluides et positives entre talents, pratiques, cultures, structures, outils, technologies, systèmes de communication, systèmes d’intéressement…. Les fortes interactions de bons éléments au juste moment rendent les organisations excellentes dans ce qu’elles font. 

Innover de façon durable et responsable nécessite

– d’agir sur tout (ou bonne partie) des ressources et modalités de fonctionnement, en les renouvelant , 

– de faire évoluer les modalités d’interaction entre eux . 

L’auteur parle ainsi de capacités dynamiques : identifier, construire, déconstruire , adapter , recombiner, aligner , etc …. 

En matière d’innovation durable, l’organisation ou l’entreprise a encore un effort supplémentaire à fournir : intégrer l’extérieur dans un mode d’interaction plus large que ceux requis dans les stratégies d’innovation plus «business». 

  • Identifier les moments de convergence entre science / technologie, tendances de marché et évolutions réglementaires. 
  • Connecter tous ces éléments entre eux pour développer les idées en innovations fonctionnelles.  

Se doter des bonnes capacités, les gérer de façon dynamique entre interne et externe, constitue un défi particulièrement singulier pour les entreprises qui s’engagent dans l’innovation durable. 

Comment se défaire de ces illusions  ?

1# – Refléchir et définir la raison d’être de son entreprise 

2# –  Construire et entretenir un réseau 

3 # – Manager science et politique

4 #- S’appuyer sur la force du design pour aider à l’acceptation des nouveautés 

5 # – Ne pas hésiter à recourir à des solutions techniques ou technologiques existantes

6 #- Changer de modele business

7# Développer des compétences personnelles de joueurs  d’échec.

Nous développons ces 7 bonnes pratiques dans un autre article : Innover durablement avec succès : 7 bonnes pratiques à connaitre. 

En conclusion , 

Revenons à vous et à votre entreprise. Vous êtes engagés dans une stratégie d’innovation durable et responsable ? Vous redoutez peut- être de tomber dans ces pièges bien particuliers ? Vous souhaitez faire un état des lieux ou former vos collaborateurs à prévenir de telles erreurs ? N’hésitez pas à nous contacter , nous serons heureux de pouvoir partager avec vous et vous proposer un accompagnement sur mesure 🙂

Laisser un commentaire

En déposant un commentaire, vous acceptez notre politique de données personnelles.

Partagez
Tweetez
Partagez